Vivre avec le diabète

Grâce à une meilleure prise en charge des patients, les conditions de santé des malades se sont largement améliorées. Ils vivent généralement de façon quasi-normale. En 2007, l’Institut de Veille Sanitaire a effectué une enquête sur la santé morale et physique auprès de 3000 diabétiques. Les résultats montraient que les patients avaient une assez grande confiance en leur avenir et que les limitations physiques étaient assez restreintes, bien qu’elles augmentent avec l’âge. Les traitements par injections d’insuline principalement pour le diabète de type 1 et la présence de complications sont par contre un facteur néfaste à la qualité de vie morale et physique.

La recette "gagnante" pour bien vivre avec le diabète

Le respect d'un régime alimentaire et la pratique régulière d'une activité physique sont des paramètres très positifs. Ils permettent de réduire les risques de complications à des valeurs très faibles. L’étude souligne que la principale difficulté rencontrée par les médecins dans le suivi des patients diabétiques est leur adhésion aux recommandations dans le domaine alimentaire et de la nécessité d’une activité physique régulière. La compréhension de la maladie par les patients est aussi un facteur trop négligé.

Le suivi médical des diabétiques doit donc être régulier et constant. Un contrôle trimestriel de la glycémie est souvent conseillé pour les diabétiques de type 2. Par contre, les patients de diabète de type 1 traités grâce à l’insuline doivent surveiller quotidiennement leur glycémie à l’aide de petits appareils individuels. Mal contrôlé, le diabète entraîne un certain nombre de troubles. La tension artérielle, par exemple, doit être surveillée. Les pieds sont également souvent sujets à une mauvaise circulation sanguine et nécessitent une attention particulière. Un contrôle ophtalmologique est enfin préconisé environ une fois par an.

A ce stade, où la maladie reste contrôlée, suivre ces mesures reste peu contraignant. Conserver une bonne qualité de vie et assumer au quotidien la maladie est tout à fait possible. Vous êtes l’acteur principal de votre équipe médicale.